• Les Archives Glorieuses de l’Arène

  • Publicité

    Proud member of Kiwis ! Abonnez-vous à ce blog
  • Bronca !

  • Combien de visiteurs uniques depuis le 1er janvier 2007 ?

  • Catégories

  • Amour, gloire et beauté

  • « | Home | »

    Paso Doble n°124 : HADOPI, la Danse des pirates

    Par Toréador | mars 9, 2009

    A las cinco de la manana…

    Le Net en Burkha et le gouvernement à poil

    L’internet s’est scindé en deux, brisure politico-émotionnelle causée par un projectile gouvernemental nommé Hadopi. Il y a ceux qui, emboîtant la quadrature du Net, ont repeint leur blog en noir. Le noir du deuil ? Le noir du pirate ? Je ne sais.

    En face, ceux qui ont manifesté bruyamment leur mécontentement en refusant de s’associer à cette pseudo-manifestation ou en la considérant inefficace.


    mondes engloutis – la danse des pirates
    envoyé par Whisky-Larson

    Etant moi-même déjà sur fond noir, on pourrait penser que je suis anti-Hadopi. Il n’en est rien.

    D’une part, je considère, sans pour autant signer un chèque (en blanc) aux gouvernements,  que les concepteurs de la régulation sur internet ont raison de vouloir rétablir une économie de la pénurie, une discrimination insider/outsider sur un marché aujourd’hui totalement gangréné par le piratage.  Toutefois, je pense que le projet actuel est bidon (mais venant de Catherine Albanel, cela commence à devenir une habitude), et que les arguments des opposants sont tout aussi mauvais.

    L’Hadopi : Face à la mer…

    L’Hadopi en effet est censée, telle la Halde ou le Médiateur, veiller sur le net en intervenant par des mesures de riposte graduée pour menacer tel ou tel qui effectue des téléchargements illégaux, voire couper l’accès à internet.

    Cette méthode « douce » est un coup d’épée dans l’eau : pour que la dissuasion fonctionne, il faudrait effectuer des échantillons massifs et récurrents d’internautes, c’est à dire transformer les FAI (Free et SFR) en gendarmes des abonnés. Or, Free est une épine dans le pied des lobbies : toujours un coup d’avance, avec une mentalité de corsaire – impossible à discipliner. De plus, demander à des sociétés privées de surveiller ses clients est un exercice contradictoire…

    Du coup, l’Hadopi sera aveugle : elle mettra un temps fou pour réagir sur un cas isolé, comme si vous tentiez de creuser un trou de sable sur un front de mer un jour de grande marée. Il est prévisible qu’elle tapera au hasard, quitte à faire dans l’a peu près : brûlez les tous, internet reconnaîtra les siens. A en croire Autheuil, elle n’est de toutes façons que le vaisseau pilote de lobbies qui comptent exercer une pression énorme sur les FAI. D’autres parlent de mouchards sur les ordinateurs. Hadopi partage avec Marilyn Monroe le privilège de provoquer des fantasmes incroyables.

    Le crâne d’Hadopi avec deux tibias entrecroisés…

    Les arguments de la Quadrature du Net me semblent en revanche peu pertinents. Ils mettent en avant ceci : « Ils n’ont pas compris que nous avons changé d’ère, que certaines approches sont dépassées, qu’il faut repenser collectivement notre façon d’aborder le contrôle de l’information.  Selon nous, il est impossible de contrôler efficacement la circulation de l’information à l’ère du numérique par le droit et la technique, sans porter atteinte aux libertés publiques et freiner le développement économique et social. C’est ce que nous appelons la quadrature du net. »

    C’est avec ce type de ré-théorique pernicieuse que nos chers gouvernants se sont autopersuadés que la Finance internationale ou les exilés fiscaux étaient hors de tout contrôle étatique. Nous avons vus les résultats.

    La Quadrature du Net a raison de pointer que le Net a généré une nouvelle génération de citoyens, le rêve des utopistes du début du XXème siècle, comme le juriste Georges Scelles par exemple. Sur internet se créée une société décentralisée, sans noyau (même si certains tentent de recréer des noyaux), une société libre proche de l’état de nature.

    Ce n’est pas une raison pour ne pas vouloir la civiliser. Pour le faible, c’est le droit qui protège et la liberté qui opprime, disait Lacordayre. J’avais déjà expliqué ici que l’Internet était le nouveau creuset éducatif du siècle. Si nos écoles communales avaient enseigné au siècle dernier aux têtes blondes à être des pirates, nos parents et nous-mêmes auraient été des Barbe-Noire. Je suis aussi un oeil noir attentif à la propriété des idées.

    Dès lors, je ne vois pas en quoi transformer l’internet en Haute-mer avec une loi du pavillon et des pirates en liberté soit un grand progrès. La réthorique du « Big Brother is watching you » dissimule mal une génération qui refuse tout simplement de payer pour ce qu’elle consomme.

    Mai 68, II, le Retour

    En réalité, les adversaires d’Hadopi veulent recréer un phalanstère économique, un endroit où l’on pourrait non pas vivre l’amour libre, mais l’économie libre. Or, la gratuité, mais ce n’est que mon avis, peut au final tuer la source. Si demain, le taux de pénétration sur internet étant ce qu’il est, la quasi-totalité des consommateurs peut avoir accès librement aux supports culturels, l’économie de la musique et du film s’effondrera. Toute la propriété intellectuelle est fondée sur le principe de juridiquement sécuriser une idée, un concept, un produit pour permettre le gain sur moyen-terme du créateur. Qu’on y apporte des limites pour des médicaments permettant de lutter contre le VIH, c’est normal. Mais il est risible de voir Nanard Gros-Derrière éructer parce que télécharger gratis Piège de Cristal III lui sera  désormais interdit et que c’est « une atteinte à sa liberté ». Voilà bien une attitude de petit bourgeois confit de richesse - qu’il regarde de quoi on meurt au Burkina-Faso, cela lui remettra les idées en place.

    En conclusion, si Hadopi est sans doute une bien faible parade à l’Hydre de l’Internet, je n’achète pas pour autant les arguments des phalanstériens. D’une part, leur position est motivée sur un postulat idéologique (la régulation, c’est mal). Il y a 40 ans, c’était « il est interdit d’interdire » – moralité, cette génération qui jetait des pavés est celle qui ensuite a imaginé Hadopi…

    D’autre part, économiquement, leur modèle poussé à l’extrême finira par tuer la création : pourquoi consacrerais-je des mois à monter un film si personne ne peut garantir que je rentrerai dans mes frais ? Il n’y a  donc pas lieu de glapir en invoquant la démocratie et la liberté individuelle : there is no such thing as a free lunch.

    La Sécurité sociale l’a oublié – et elle risque d’en crever.

    Sur le même sujet dans la kiwisphère: Ca Réagit, H16, Edgar et Café-Croissant.

    Tags: , , , , , , ,

    Sujets: Paso Doble | 25 Comments »

    25 réponses “Paso Doble n°124 : HADOPI, la Danse des pirates”

    1. Garçon Says:
      mars 9th, 2009 at 8:31

      Mouais, et toi as tu demande les droits de diffusion pour la video des mondes engloutis ? ;)
      Toutefois, je crois que tu caricatures un peu le discours des phalansteriens, mais bon tu cherches la polemique, c’est une bonne methode.. tss

    2. Olivier Autissier Says:
      mars 9th, 2009 at 9:34

      J’éructe sur une partie de ta conclusion : « pourquoi consacrerais-je des mois à monter un film si personne ne peut garantir que je rentrerai dans mes frais ? » Alors, qu’il ne le monte pas son film. Ça n’est pas la philosophie de l’art. Un artiste, un vrai, ne pense pas profit ni rentabilité lorsqu’il crée. Cette idée du profit de l’art a surtout produit tant de catastrophes soi-disant culturelles.

    3. dedalus Says:
      mars 9th, 2009 at 10:24

      quitte à me faire des liens, tu pourrais choisir un blog (un peu) en activité : http://www.avoodware.com/blog/files/hadopi.html – en plus l’article y est (un peu) plus intéressant ;-)

      cela dit, merci.

    4. Toréador Says:
      mars 9th, 2009 at 10:52

      @ Garçon. Mais je suis moi-même un pirate ! Sauf que je l’assume et que je sais que c’est illégal…
      Tu vois un peu trop de polémique là où il n’y en a pas. Evidemment, cela ne leur fera guère plaisir d’être assimilé à des phalanstériens (quoique…) mais il s’agit de montrer la continuité d’une certaine pensée utopiste avec un jeu de mots. D’ailleurs, la pensée de Charles Fourier est aux antipodes de celle de la quadrature du Net puisque Fourier imaginait une communauté close avec des règles.

      @ Olivier. Tu ne penses pas que l’artiste est seul à monter son film ? J’ai bien dit « monter un film » et pas « écrire un scénario » ou « imaginer une histoire ». Ton artiste qui vit de pain et d’eau fraîche ne trouvera plus de producteur !

      @ Dedalus. Pan, sur la banderille. Non mais quel clown, alors, ce Toréador ! Il s’est encore perdu dans le labyrinthe de la subtilité dédalienne.
      Au fait, puisqu’on en est aux liens, tu vas peut-être un jour trouver le mien et le mettre dans ta blogroll , :-)

    5. Arnaud Says:
      mars 9th, 2009 at 10:57

      La menace de l’effondrement, est toujours cette épée de damoclés pointée sur toute modification en profondeur, c’est aussi le mythe que l’on essaie de nous faire avaler pour éviter de trop se rebeller contre un système non ?

      Toutes les sociétés se sont écroulées et une autre s’est reconstruite sur les cendres (en mieux rien n’est moins sur…).

      Pour le cas de l’industrie du film, il existe des alternatives qui tentent de se frayer un chemin au milieu des super productions…
      (www.kassandre.org)
      Sans compter les festivals qui arrivent aussi sortir leur épingle du jeu… (En présentant des films connus aux côtés de films plus connus comme la semaine espagnole qui débute prochainement sur nantes par exemple)

      Sinon je pense aussi que les arguments des opposants sont souvent aussi hypocrites que ceux des défenseurs de ces lois…

      Une loi existe déjà, elle n’est pas appliquée.

    6. Arnaud Says:
      mars 9th, 2009 at 10:59

      Evidemment vous lirez :
      (En présentant des films connus aux côtés de films moins connus comme la semaine espagnole qui débute prochainement sur nantes par exemple)

    7. h16 Says:
      mars 9th, 2009 at 11:12

      Attention : rhétorique, pas réthorique ;)

    8. Toréador Says:
      mars 9th, 2009 at 11:19

      Voilà qui m’apprendra à écrire à 5h du mat pas bien réveillée.
      J’ai modifié, avec un jeu de mots.

    9. Seb Says:
      mars 9th, 2009 at 12:00

      D’abord. Attention a tes commentaires notamment lorsque tu dis. « Voilà qui m’apprendra à écrire à 5h du mar pas bien révéillée »..

      On pourrait en déduire plusieurs choses sur ta personne…

      Ensuite la réponse à ton billet…

      http://careagit.blogspot.com/2009/03/hadopi-la-derniere-danse-des-lobbyistes.html

      Quoi, tu croyais que j’allais tout recopier ? ;-)

    10. Toréador Says:
      mars 9th, 2009 at 12:11

      LOL. Attention à ne pas croire, Seb, à tout ce que j’écris.

    11. dedalus Says:
      mars 9th, 2009 at 12:35

      bah, j’ai jamais été très doué en blogroll.

      sur sarkononmerci, y en a bien une petite… mais puisque ce blog est en sommeil, ce serait te faire injure que t’y inclure maintenant.

      sur avoodware, y en a pas… y a bien une page « liens » mais on se demande à quoi elle peut bien servir. d’ailleurs elle n’a pas été mise à jour depuis un bon siècle.

      c’est que y a moins d’un an encore, j’étais comme beaucoup, je bloguais dans mon coin, je rigolais quand on me disais blogosphère et je ne comprenais pas ce qu’on me voulais quand on me parlait « échange de liens ».

      petit à petit, j’apprends les codes…

      mais j’y pense, suis-je moi dans ta blogroll ? faut que je m’en aille vérifier ce point.

    12. dedalus Says:
      mars 9th, 2009 at 12:37

      bah oui…

      merci – même si tu pourrais élaguer un peu. tous ces gens qui se pressent autour de moi, me font de l’ombre. que font-ils là, eux ?

    13. toto Says:
      mars 9th, 2009 at 13:15

      Le mec qui veut voir un bon film dans de bonnes conditions 1) ira le voir au ciné et 2) achètera le DVD pour bénéficier du son 5.1 et éventuellement de la qualité HD.

      Perso je me souviens du temps très lointain où j’écoutais ds extraits d’un disque (puis CD) avant de l’acheter.
      En bien c’est pareil aujourd’hui. Un CD qui me plaît vraiment à 100% je l’achète, idem pour un film. Si je veux regarde un film assez récent mais moyen je vais au vidéo futur d’à côté. Et si le film est ancien et qu’il ne casse pas dezs briques j’opte pour le téléchargement (me contentant alors de la qualité vidéo moyenne dispo).

      A l’ére du numérique les lois auront toujours un train de retard par rapport aux législateurs.

    14. h16 Says:
      mars 9th, 2009 at 13:51

      (Tiens, Toré, j’ai fait aussi un petit billet, juste pour t’embêter ;) )

    15. h16 Says:
      mars 9th, 2009 at 13:51

      http://h16.free.fr/index.php?2009/03/09/533-hadopi-toyable

    16. xfx Says:
      mars 9th, 2009 at 14:13

      Il y a quand même une différence fondamentale dans le numérique, le coût d’une copie est nul, toute stratégie basé sur la limitation des copies (pénurie) est donc voué à l’échec au long terme. La seule façon de revenir à l’ancien système c’est de transformer internet pour revenir à un minitel 2.0.

    17. garçon Says:
      mars 9th, 2009 at 19:07

      @ Toreador
      « Mais je suis moi-même un pirate ! Sauf que je l’assume et que je sais que c’est illégal… »
      Je suis pas bien sur de comprendre ce que tu assumes de plus que les pirates actuels qui cherchent a enfouir Hadopi…
      Et quand je fais reference a ton desir de polemiquer je pointais ton envie de generer le debat en chargeant a gauche et a droite pour faire naitre des reactions a ton billet, plus que le contenu meme du billet.

      Etrangement je me sens assez peu concerne par le sujet Hadopi, certainement la distance ainsi que la certitude que le temps joue en la faveur de la diffusion gratuite sur le meme mode que la television via la publicite, loi ou pas loi… Mais j’ai probablement pas assez etudie le projet de loi, et je m’etonne que tu n’es pas mis de lien objectif vers le contenu detaille de ce projet.

    18. Toréador Says:
      mars 9th, 2009 at 20:53

      @ Dedalus. On ne juge pas un homme à ses relations. Judas en avait d’excellentes ! ;-)

      @ H16. Salaud. L’air de rien tu te fous de moi !

      @ Garçon.J’assume dans le sens où je suis prête à m’amender. Je dissocie mon propre intérêt de celui de l’économie. Si tu trouves un lien objectif, à part le mien, dis-le moi !

      @ xfx. Ce n’est pas un argument, mais un slogan.

    19. garçon Says:
      mars 9th, 2009 at 22:05

      @ Toreador je ne parlais pas d’un lien objectif au sens de l’opinion, mais un lien citant le texte du projet de loi pour savoir de quoi l’on parle dans le detail. :)
      Quant a ton assomption elle me semble partagee par la plupart des pirates.

    20. Toréador Says:
      mars 9th, 2009 at 22:07

      J’ai regardé le site « j’aime mes auteurs ». C’était pa

    21. Toréador Says:
      mars 9th, 2009 at 22:07

      (suite) c’était pas génial

    22. h16 Says:
      mars 9th, 2009 at 22:14

      « @ H16. Salaud. L’air de rien tu te fous de moi ! »
      Certes, mais c’est gentiment :)

    23. rimbus Says:
      mars 10th, 2009 at 11:35

      Salut Toréador
      et bien je me suis mis en noir, et j’adopte une position clairement anti-hadopi.
      Tu peux lire mes arguments, basés sur la position de Paul Krugman, prix Nobel d’économie 2008.
      http://rimbusblog.blogspot.com/2009/03/vont-ils-adopter-hadopi.html

    24. Falconhill Says:
      mars 12th, 2009 at 9:54

      J’adore le titre, et la référence du clip. Rien que pour ça, immense clap clap.

      Bonne journée

    25. monsieurlibertas Says:
      mars 12th, 2009 at 16:15

      C’est un hasard du calendrier électoral, mais il est judicieux que cette loi soit débattue à l’approche des élections européennes. Elle permet à Libertas, le mouvement de Declan Ganley (celui qui a gagné le référendum du « non » en Irlande) de rappeler à ses potentiels électeurs français qu’il défend comme eux les libertés individuelles. Oui à une Europe libre !

    Commentaires