• Les Archives Glorieuses de l’Arène

  • Publicité

    Proud member of Kiwis ! Abonnez-vous à ce blog
  • Bronca !

  • Combien de visiteurs uniques depuis le 1er janvier 2007 ?

  • Catégories

  • Amour, gloire et beauté

  • Paso Doble n°308 : Un doigt d’honneur, juste un doigt merci

    Par Toréador | avril 4, 2013

    A las cinco de la manana…

    Tout aura été dit sur la lamentable affaire Cahuzac, où comment le mensonge amène le mensonge. Tout aura été dit, sauf l’essentiel :

    - La vraie faute de Jérôme Cahuzac, c’est d’avoir fraudé, le mensonge n’étant que le corollaire logique de cette faute. La question qui suit est la suivante : à quoi servent les prétendus contrôles opérés par l’Etat sur le patrimoine des ministres au moment de leur nomination ? Et comment se fait-ce que l’enquête diligentée après l’affaire Mediapart n’a pas prospéré ? Inefficacité administrative ou problème politique ?

    - La hargne du milieu politique est à la hauteur de la déception, mais ne doit pas faire oublier que c’est la Justice qui condamne, pas la foule. Attention au lynchage. L’affaire Babin/Costa devrait nous inciter à plus de prudence.

    - Quelle confiance le citoyen peut-il avoir dans la parole du politique ? Pourquoi payer ses impôts si le ministre ne les paie pas ? Que dirons-nous à nos enfants à qui nous tentons d’inculquer le sens du travail et le devoir de vérité ?

    J’écrivais il y a peu un article sur l’honneur des hommes politiques. Le doigt d’honneur de Cahuzac vient ruiner cette noble analyse.

    Tags: , ,

    Sujets: Paso Doble | No Comments »

    Banderille n°405 : Le Résident de la République

    Par Toréador | avril 1, 2013

    Ecce homo : Quo Vadis Domine ?

    Le roi est nu. La tragique intervention de la semaine dernière de François Hollande a révélé ce que l’électorat suspectait : c’est un homme normal. Pas un super-héros, pas un capitaine de pédalo, pas un chef de guerre : juste une homme. 

    Oui mais voilà : l’électorat adore brûler ce qu’il a adoré. Lui qui se plaignait des excès et des outrances du précédent règne se met à s’ennuyer et surtout à s’inquiéter devant ce souverain louiphilippard qui louvoie toujours au centre : on fait la taxe sur les 75% mais on se débrouille pour qu’elle ne soit plus payée par le contribuable mais par l’entreprise, quand bien même à la fin cela reste confiscatoire ; On fait une loi sur la régulation bancaire mais on se débrouille pour qu’elle ne touche qu’1% des activités ; On fait voter une loi sur le mariage gay tout en promettant une clause de conscience aux maires, avant de se rétracter … On est de gauche sans être trop maladroit. On fait la politique du prédécesseur, mais en la critiquant. 

    Pendant que la classe politique s’occupe avec des hochets (scrutins électoraux par exemple), le pays flambe mais le Roi François -1 fait mine de regarder ailleurs. 

    Le quiproquo

    Aussi à Gauche, et dans le peuple on s’interroge : ce fabuleux hold-up de François Hollande en 2012, par lequel il se retrouva avec la totalité des pouvoirs du pays en moins d’un an (Elysée, Parlement, Régions, Départements, …) était-il un accident ? 

    La Gauche ne l’avait pas choisi : il était le remplaçant de celui qui devait incarner le virage de l’aggiornamento socialiste. Un peu au pied-levé pour faire oublier le pied-nickelé. On pensait que c’était un pied-tendre. Erreur.

    Le peuple ne l’avait pas vraiment choisi : il était l’alternative à Sarkozy. 

    Et lui, s’était-il vraiment choisi ? Avait-il un plan ? – Quelques bonnes idées, oui (comme par exemple le choc de simplification administrative). Mais sinon non. Visiblement, juste l’envie de venir Résident de la République. 

    J’espère qu’il y aura un résidu de son quinquennat !

    Tags: ,

    Sujets: Toréador critique la Gauche | 4 Comments »

    Paso Doble n°307 : Des hommes d’honneur

    Par Toréador | mars 25, 2013

    A las cinco de la manana…

    L’honneur des hommes. Un sujet qui a été au coeur de la semaine qui vient de s’écouler. Trois manières de voir et défendre son honneur. Trois manières d’être attaqué.

    L’honneur de Jérôme Cahuzac a été le premier balafré cette semaine. Le duelliste du gouvernement est parti sur la pointe des pieds, sans tambour ni trompette, après plusieurs mois de bombardements. L’adversaire ? Un grand média participatif, et surtout le soupçon. Le « Il n’y a pas de fumée sans feu ». Cahuzac est tombé pour un étrange enregistrement qui le mettait en porte-à-faux avec sa fonction, enregistrement opportunément sorti par son ancien adversaire RPR.  L’histoire a prouvé – de DSK à Eric Woerth – que la peine la plus lourde dans ce genre d’affaires est la mise à la diète médiatique, la sortie du grand barnum, et non pas une hypothétique condamnation qui finit par faire pshiiit faute de preuve.

    L’honneur de Nicolas Sarkozy ensuite, a été bafoué. Cette fois ci, l’ex-président pugnace a été pris par surprise. Un uppercut inattendu l’a fauché alors qu’il croyait se rendre à un entretien de routine. L’adversaire ? Trois juges d’instruction, mais rapidement Sarkozy en a fait une histoire personnelle en concentrant sa vindicte sur un seul juge, Gentil. Qui est le vrai méchant ? L’histoire est en train de tourner au mano a mano. La preuve est aussi floue que pour Cahuzac, et l’intitulé de la charge interroge. Mais il y a le soupçon.

    L’honneur de Jean-Luc Mélenchon, enfin, a été sérieusement entaché. Emporté par sa fougue, le dirigeant du Front de Gauche s’en est pris à Moscovici, l’accusant de penser plus à la Finance qu’à la France. Les bons esprits ont cru y voir une attaque antisémite. Là aussi, l’honneur de Moscovici s’est senti également chatouillé. Mélenchon se défend désormais d’avoir jamais pensé comme l’extrême-droite. La preuve est un peu alambiquée. Sans doute essaye-t-on de piéger le trublion pour mieux l’affaiblir.

    Que retenir de ces trois affaires ? Tout est perdu, fors l’honneur ? La première est qu’ils ont un point commun : un petit relent de politique politicienne, voire de complot. La seconde est que la charge de la preuve semble bien moins agressive que « le soupçon« , ce poison si terrible qui pourrit tout et tout le monde, à commencer par la Justice elle-même. Les résultats de l’Oise en sont un excellent exemple.

    Tags: , , ,

    Sujets: Paso Doble | 2 Comments »

    Paso Doble n°306 : Son nom était François

    Par Toréador | mars 14, 2013

    A las cinco de la manana…

    De la renonciation à l’annonciation

    Ainsi donc l’Eglise Catholique a fait une triple révolution, à la surprise de tous les commentateurs. La rapidité de l’élection du pape François poussait les commentateurs à imaginer que les papabiles s’étaient un peu affrontés avant que les coteries n’imposent l’un des favoris pronostiqués par les journalistes. Il n’en est rien, la surprise a été totale. 

    Première révolution : c’est un pape non-européen, le premier depuis les origines de l’Eglise, ou quasiment. Il a fallu 2013 pour que l’Eglise devienne véritablement universelle, même si prudemment elle a un peu triché en retenant un homme blanc. L’Eglise suit donc le basculement de l’axe du monde. Nul besoin d’expliquer en quoi c’est une rupture.

    Deuxième révolution : c’est un pape jésuite. Non seulement les jésuites ont toujours été la colonne vertébrale de l’Eglise, mais aussi l’un de ses mouvements les plus actifs dans l’évangélisation et la reconquête. C’est une rupture car sous Jean-Paul II, les Jésuites avaient été quasiment chassés du Vatican au profit de l’Opus Dei. Or, Benoit XVI était l’héritier de Jean-Paul II.

     Mais la vraie révolution est celle des symboles. D’abord, ce pape argentin recommence à zéro, en osant prendre un nom qui jusque là n’avait jamais été choisi – François. Ensuite, c’est une rupture par rapport au duo Jean-Paul II/Benoit XVI, très conservateur : François est un « progressiste » et était d’ailleurs le grand rival de Ratzinger en 2005, au dernier conclave. Succéder à un Benoit XVI qui renonce, c’est un goût de tournant. Enfin, et surtout, François rompt avec une vision « intellectualisante » ou « théologique » du message catholique en mettant en avant les actes, et les symboles.

    Un pape de la Renaissance ?

    Que d’actes, déjà, en un seul soir : la simplicité de l’approche alliée à l’humour (« le buena serra » presque spontané tranche avec les exhortations de Jean-Paul II), le sens de l’égalité (je vous bénis, mais en échange priez pour moi), et la volonté de se présenter d’abord comme un évêque de Rome et non comme le « patron » de l’Eglise. Choisir de se référer à St François d’Assise est selon moi très éclairant : le nouveau pape semble considérer que l’Eglise s’est comportée comme Babylone (les scandales de la Curie, les affaires de pédophilie) et prône un retour radical à l’ascèse, la prière et le service des autres. Il est complémentaire du recentrage théologique de Benoit XVI, qui fut un pape beaucoup moins « politique » et « moralisant » que Jean-Paul II. Du coup, il enlève le maximum possible de pompe et d’ornements, à la fois dans son vêtement (l’étole pontificale) et dans ses paroles.

    François sera le pape de la Fraternité, ou plutôt de l’humilité. Il met en application la supplique du Cardinal Martini« J’ai rêvé d’une Eglise pauvre et humble qui ne dépende pas des puissances de ce monde. Une Eglise qui donne du courage à ceux qui se sentent petits ou pécheurs. » - la bataille de l’après Benoit XVI a été remportée par les progressistes. Shaken, but not sirred.

    Aura-t-il les mains libres ? A mon avis, les cardinaux ont élu un pape incontrôlable, qui va chercher, par son action personnelle, par ses gestes et moins par ses paroles, à remettre le navire catholique dans la bonne direction. Il a du boulot sur la planche. Avec François, le changement c’est maintenant !

    Tags: , , , ,

    Sujets: Paso Doble | No Comments »

    Paso Doble n°305 : Initiales M.M

    Par Toréador | mars 12, 2013

    A las cinco de la manana…

    Entre un reportage papal et la Normandie sous la neige, les chaînes continues se sont emparé de l’affaire Mohammed Merah.

    J’en ai profité pour relire le billet que j’avais, à chaud, écrit alors. Que d’erreurs d’analyse ! On s’aperçoit, à la relecture de mon billet, que non ! Finalement, les « gagnants » n’auront pas été ceux que je citais. Au-delà du drame, la réalité politique de cette sombre affaire c’est que c’est Marine Le Pen, et non Sarkozy, qui a silencieusement engrangé des voix pour faire un score fracassant un mois et demi plus tard.

    La question est : pourquoi ? – Un an plus tard, je crois que cette atonie sondagière était tout simplement le symptôme d’un rejet et d’une décrédibilisation tellement forts du candidat-président que pas même un traumatisme national ne pourrait renverser la tendance. En bref, le peuple n’avait plus confiance en la Droite pour les questions de sécurité et d’immigration, et rien ne pouvait le détourner de ce dégoût.

    Car au coeur de l’affaire Merah, tel est le vrai sujet : comment un petit gars élevé avec le Club Dorothée peut se conditionner en quelques mois à devenir un taliban ? Voilà quelque chose plus difficile à expliquer. L’homme se console en pensant qu’Hitler, Staline, ou Pol-Pot sont des accidents, des erreurs, des anomalies par rapport au comportement humain. Il les déshumanise pour ne pas avoir à penser qu’un jour, ils ont eu un papa, une maman, et des jouets. Qu’ils aimaient sincèrement leur femme, leur maman ou leurs enfants. Qu’ils étaient capables d’être gentils avec quelqu’un, un inconnu peut-être ou leur voisin, mais sans pitié pour des millions d’autres.

    M comme Malaise, comme Merah, mais M comme Mal aussi. Beau sujet de réflexion si les cardinaux ont un peu de temps à perdre dans la Sixtine.

    Tags: , , , ,

    Sujets: Paso Doble | 2 Comments »

    Olé n°202 : Hashtable, sors de là si tu es un homme

    Par Toréador | mars 4, 2013

    Attaquons, attaquons, comme la lune !

    Je viens de lire chez Hashtable, mon collègue de Kiwis (si, si, y’en a encore) une critique sans nuance de l’Assemblée Nationale. C’est pas bien, je me sens attaqué(e). Mon ami H16 (oui, c’était mon ami avant qu’il ne se livre à une critique aussi odieuse à mon égard), récapitule les textes qui passent en ce moment dans l’hémicycle, et en conclut que les braves députés ne branlent rien depuis le mariage pour tous. Entre deux passes, on change les draps, voilà tout.

    Et quand bien même ! Que nenni, je tiens à infirmer certaines de ses accusations. 

    Prenons par exemple la réforme des élections départementales. H16 résume ça à du bricolage. Mais ça va faire pleurer le gouvernement ! C’est la première refonte des cantons depuis deux siècles, vous imaginez ? On va fusionner des petits cantons, ce qui va changer la vie de millions de ruraux.Alors, monsieur H16, on dit Môôôssieur Bricolage.

    Et je ne vous parle pas du mode de scrutin particulièrement novateur, composé d’un binôme homme/femme. La parité n’a qu’à bien se tenir : bientôt, peut-être nous élira-t-on par deux à l’Assemblée ?

    C’est ça qui est merveilleux dans l’hémicycle. Il y a peu de temps, sur le mariage pour tous, la Gauche se battait pour élargir la définition du couple contre la Droite qui voulait la limiter au binôme homme/femme. Puis on a basculé  : la Droite s’est mise à railler le binôme électoral, tandis que les chantres de la Gauche vantaient l’harmonie du ticket hétérosexualisant. C’est la beauté du travail parlementaire. 

     Pour une poignée de dollars

    Notre ami ridiculise également la loi sur la régulation bancaire. Pourtant, c’est une grande avancée dans la moralisation du capitalisme puisqu’on va forcer les banques à filialiser leurs activités « en compte propre ». Evidemment, Hashtable qui est un gros libéral qui s’ignore, doit détester cette idée, qui est le début du prémisse d’un commencement de Glass Steagall Act. Cependant, je le trouve gonflé de minorer. C’est un petit pas pour la Gauche, mais un grand pas pour l’Humanité. 

    D’ailleurs, il devrait nous remercier. En nettoyant le capitalisme, on aura peut-être moins besoin de proposer des lois pour mettre fin à l’exploitation des miss. Car, heureusement, il nous reste un point d’accord, Hash et moi : la merveilleuse idée de Chantal Jouanno sur les mini-miss c’est quand même Eur-ikea ! Une idée en kit, à monter soi-même. 

    Du coup, je garde en lien sur mon blog mon pote Hashie-Parmentier. Comme ça, lorsque le pays aura coulé, on montera un camion pizza avec lui et Autheil*.

     

    *Après quelques mois d’enquête, j’ai enfin identifié mon collègue blogueur Autheil… Il est assez sympa (en vrai). Finalement, nous sommes une grande famille !

    Sujets: Olé | 6 Comments »

    Banderille n°404 : La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette

    Par Toréador | mars 4, 2013

    Chantal Jouanno existe. Ou en tous les cas, essaye d’exister.

    Il y a quelques jours, elle partait en croisade contre les défilés de mini-miss, afin d’empêcher que la dérive sexualisée qui a cours en Amérique s’abatte sur l’hexagone. Thème de la bafouille : Juger une femme sur sa beauté, c’est sexiste. Voilà un sujet d’importance mondial qui méritait qu’on s’en occupasse. Quand je pense à ces milliards de salopards à pénis qui passent leur temps à être sexistes, et ce depuis des millénaires, c’est franchement dégeulasse. Au passage, Chantal aurait réinventé la croisade : avant, c’était les Christine Boutin qui montaient des croisades, genre bible à la main et crucifix. Aujourd’hui, on fait des croisades au nom des idées de Gôche, et c’est vachement plus tolérant.

    Mais visiblement, comme les Etats-Unis de Bush, Chantal Jouanno peut gérer deux guerres en même temps.

    Après avoir flirté avec l’ordre moral, Jouanno change de registre et passe à la santé, en voulant une enquête sur les cigarettes électroniques. Visiblement, le programme de l’UDI avance à grands pas. Encore deux-trois propositions choc sur l’interdiction des tracteurs à diesel ou la réouverture des maisons closes, et Borloo pourra se présenter devant les Français.Pauvres fumeurs ! Ils avaient pensé enfin avoir trouvé un moyen économe et sain de vivre leur dépendance, mais il y a encore un risque. Encore le principe de précaution. Il faudrait peut-être supprimer l’espèce humaine, la terre s’en porterait mieux. 

    Tags: , , ,

    Sujets: Banderille, Toréador critique la Droite | 3 Comments »

    Banderille n°403 : La tentation de Sainte Hélène

    Par Toréador | février 24, 2013

    Les amis de Nicolas Sarkozy se sont réunis le 20 Février pour témoigner du rôle de la France dans le monde sous le précédent quinquennat. Un séminaire, un colloque, avec bien évidemment une page de pub. Le retour de Martin Guerre Nicolas est en train d’être patiemment mais sûrement pavé par l’école des fans. Evidemment, tout ceci ne se passe pas sans heurts : l’autorité du président Sarkozy sur ses troupes s’est un peu émoussée, les anciens protégés commencent à vouloir voler de leurs propres ailes, et le camp socialiste voit d’un très mauvais oeil le retour de Napoléon. On raconte que François Hollande fait surveiller l’activité sarko-sismique en temps réel.

    Tout ce suspense en skaï, est-ce une bonne chose ? Oui pour la Droite, désunie comme jamais. Mais le pays, lui, n’en veut pas. D’autant que le doute subsiste dans mon esprit :  Sarkozy pourrait tout autant être poussé à renouer avec la politique par passion que … pour échapper aux griffes des juges. Quelque soit le scénario, je pense cependant qu’il perdra face à Hollande.

    Au final, il faudra surveiller le voisin italien avec soin : si Berlusconi parvient à être réélu, Sarkozy se sentira conforté dans sa démarche. Si un jour il actionne le bouton « marche sur Vaugirard », personne ne pourra ne l’empêcher. Et le général Copé envoyé pour l’arrêter sera peut-être poussé à se rallier à lui. Tout le problème de cette histoire dont on devine l’issue, c’est qu’elle empêche la Droite de revendiquer son droit d’inventaire, et de tourner la page. Nicolas devrait se méfier : des fois, les retours durent cent jours…

    Tags: , ,

    Sujets: Toréador critique la Droite | 2 Comments »

    Paso Doble n°304 : Benoît, le Kinder Cardinal

    Par Toréador | février 13, 2013

    A las cinco de la manana…

    Deus ex machina

    La démission du pape Benoît XVI aura été un coup de tonnerre dans un ciel bleu pour le monde chrétien. Qu’un pape démissionne, c’est quelque chose qui visiblement n’arrive que tous les six ou sept siècles. Mais le plus étourdissant est que cet acte de rupture avec la tradition multi-séculaire de la papauté aura été le fait d’un homme que les médias se sont plus à dépeindre pendant huit années comme un « Panzer Cardinal », réactionnaire et rétrograde.

    Je suis à peu près convaincu(e) désormais que cette manière d’analyser le pape actuel est une erreur grossière. C’est justement la crédibilité de ce pape auprès des milieux conservateurs qui lui aura permis de faire « le grand écart » pendant son pontificat. Benoit XVI aura ainsi réussi à digérer le schisme traditionaliste tout en assouplissant, l’air de rien, l’usage du préservatif. Son règne se termine magistralement en rompant plusieurs siècles d’omerta et en abandonnant une charge à vie. Un pape progressiste (si ça existe ?) aurait été cloué au pilori pour un tel affront, mais Benoit XVI, grand théologien (devant l’Eternel) peut se le permettre : nul ne l’accusera d’être infidèle à la tradition.

     L’Homme qui twittait à l’oreille des cathos

    Alors bien sûr, on me rétorquera que Benoit XVI a accumulé les gaffes et les scandales. Néanmoins, qu’il s’agisse de la polémique du discours de Ratisbonne, du scandale de la pédophilie en Irlande ou bien du Vaticanleaks, je crains qu’il ne s’agisse moins d’une question de style de gouvernement que l’émergence, même au niveau d’une religion, d’une contrainte de plus en plus forte : la contrainte médiatique. Obama a eu son scandale wikileaks. Sarkozy a eu son tsunami après le discours de Dakar. Cameron a lui-aussi dû gérer le plus important scandale pédophile survenu au Royaume-Uni.

    Le meilleur exemple de cette prise de conscience par l’Eglise de la nouvelle contrainte médiatique est que ce théologien discret et timide aura finalement été le premier à révolutionner la communication très encadrée du Vatican en créant un compte Twitter. Benoit XVI n’avait sans doute qu’un défaut, de taille : celui de vouloir penser et réfléchir dans un monde d’immédiateté et de simplification. Il s’est révélé un Kinder Cardinal, un homme plein de surprises.

    Tags: , , , , , ,

    Sujets: Paso Doble | No Comments »

    Banderille n°402 : Viens voir les comédiens…

    Par Toréador | janvier 31, 2013

    Jeux du Cirque

    Le débat sur le mariage pour tous a débuté. Je ne suis pas emballé(e) car toutes les conditions sont réunies pour vivre 3 semaines de farce (et attrapes). Attrape-couillons ?

    Coté PS, on est en mode « vote bloqué » : le texte est symbolique, on vote « pour », sinon on est contre le progrès et le gouvernement. La Gauche, tu l’aimes ou tu la quittes. Coté UMP, on est en mode « vote avec liberté de conscience » mais en Vigipirate ultraviolet : c’est symbolique la famille. Même si on est pédé ou pas marié, il faut la défendre. L’électeur te regarde attentivement.

    Du coup, dans l’arène, on voit de tout : quelques funambules, qui défendent des positions contradictoires par rapport à ce qu’ils pensent réellement ; deux-trois clowns ; pas mal de mimes ratés ; et une ménagerie incroyable : singes farceurs, lamas crachant , lions rugissant, moutons apprivoisés.

    Au théâtre ce soir

    Le problème est que le résultat est joué d’avance. Ce n’est même pas du cirque, car il y a de la fantaisie dans le cirque, la possibilité d’effectuer son numéro différemment des autres fois. Là, c’est différent : chacun rode ses arguments. On est au théâtre : il y aura cinq actes, des drames, de bons acteurs, quelques figurants.

    Et au milieu de tout cela, une réforme mal aimée, à mille bornes de l’abolition de la peine de mort. Bref, j‘aurais nettement préféré que le peuple se prononce. Le problème, on le sait, n’est pas le mariage. C’est le fait qu’ouvrir le mariage crée nécessairement des droits en matière d’adoption et de procréation médicalement assistée, sur lesquels la visibilité est mauvaise.

    Tags:

    Sujets: Banderille | 2 Comments »

    « Previous Entries Next Entries »